Les enjeux de la révolution démographique

 

J’ai eu la chance d’assister hier au lancement du think tank sur la transition démographique initié par Bayard.

Aux grincheux qui pourraient penser que c’est un énième machin, je pense que la réflexion menée autour de cette initiative laisse à penser que ce n’est pas le cas.

En effet, Bayard a relevé le défi de réunir un large panel d’acteurs venus de tous horizons pour faire bouger les lignes. Autant en direction des politiques, des financeurs, des élus que des entreprises pour s’emparer de cette véritable révolution démographique.

 

Pourquoi parle t-on de révolution ?

1 – Parce que qu’en 50 ans, la population des 50 ans et plus à doublé passant à 23 millions.

2 – Parce qu’un tiers de la population va vivre 1/3 de sa vie à la retraite.

3 – Parce que le PIB stagne alors qu’à l’après guerre, il doublait sur une génération et permettait de financer la protection sociale.

4 – Parce que l’épargne était rémunérée et aujourd’hui fond avec les taux négatifs.

5 – Car la population des 50 ans et plus est une majorité plutôt silencieuse. Mais utilise massivement le pouvoir du bulletin de vote.

 

Les 3 pistes majeurs du bien vieillir :

Se dégagent des débats riches et divers de la matinée trois grands axes d’amélioration. Chacun à pour but d’assurer une transition démographique sans trop de heurts dans les 30 ans à venir.

1 – Les territoires : C’est très important car l’environnement et l’innovation en terme de transport, de médecins ou de plate-forme médicale, de commerces, de voisinage et d’entraide, de proximité des aidants et d’outils mis à leur disposition facilitent ou non le bien vieillir.

2 – Les sociabilités : L’Homme est un animal social, surtout quand il perd un peu de sa vitalité. Toute initiative qui lutte contre l’isolement. 30% des séniors sont contraints de rester chez eux au moins 5 jours. Il y en a littéralement des dizaines existantes ou en expérimentation qui faciliteront le bien vieillir. C’est vrai dans son environnement proche. C’est vrai aussi en entreprise.

3 – L’individu : La longévité apportée grâce aux progrès médicaux est une chance. Surtout si nous restons autonomes le plus longtemps possible. Pour cela, la prévention doit jouer un rôle majeur. Plus l’individu est informé et préparé à passer chaque étape de sa vie de sénior, plus il avance sereinement en âge. On parle évidemment de prévention en sport et santé, d’adaptation de l’habitat, d’objets connectés « passifs » qui permettent de prévenir tout risque sans contrainte ou encore d’acquisition de connaissances, source de permanence de l’esprit…

Aujourd’hui la longévité prend le pas sur la vieillesse. Et c’est une chance. Reste à accompagner cette transition démographique au bénéfice du plus grand nombre. Sans faire supporter au-delà des 13/14 points de PIB que coûte en dépenses sociales publiques l’allongement de la vie aux plus jeunes.

 

Je souhaite être rappelé pour mes campagnes print et/ou digitales

Je laisse mes coordonnées